South America

The 4L, Faithful Friend of Colombia

“Land, captain! ” After 48 long hours at sea, we spied the lights of the Colombian coast in the middle of the night. At dawn we stepped onto South American soil, a first for both of us, in the beautiful colonial city of Cartagena. We organised our journey so as not to waste time waiting for the car. We arrived at the same time as the cargo, and tackled the paperwork quickly. Since we were sharing the container with another car, a Land Cruiser of travellers we met in Panama, we had to go through the whole process with them, which wasn’t unpleasant for us! We found two new friends in Alexander and Mireia, and promised to see each other again in Brussels! Alexander and Matthew, car owners, spent nearly three days running from office to office in the port, alternating between waiting in ultra- conditioned rooms and sun-baked parking lots, next to the container. Nothing in the proceedings seemed rational: invoices calculated in dollar bills had to be paid in Colombian pesos, without a currency exchange present for miles around, there were multiple levels of security and dozens of photocopies to be made even though the cars had not even been searched yet, and there was an appointment with the inspector at 6:30 am, even though civilians couldn’t access the port before 8:30am… At the arrival of our next crossing in Dakar, Senegal we’ll get an agent’s help! Meanwhile, Nicolas was busy organising the rest of the trip. Delving into maps, tourist guides, specialised websites and setting various appointments to plan the coming weeks is always an exciting time! The time we spent in Cartagena made it possible for us to discover this beautiful colonial city, rich in history. Indeed, for nearly three centuries it was the stronghold of Spain in South America, holding a leading role in the trade between Incan gold and slaves. We often marvelled at the impressive, almost unbelievable, range of the Spanish influence in the region, which, among other things, impacted the language, religion and architecture of the area.

Ten days after sealing the container, we had the pleasure of getting back on the road in the scorching heat and as part of a convoy, since we were accompanied by our friends in their 4 × 4. After long, angry hours spent in traffic looking for an insurance company – required to drive in Colombia – we arrived at the volcano Totumo. There, we met up with the French family traveling by motor home that we met in Panama, and once again had a good time together. At dawn, we plunged into the crater of the volcano, filled with mud that had the consistency of heavy cream. It is so thick that despite its being five meters deep it is impossible to sink! It was a very strange, yet hilarious feeling! We then headed for Bogota and the mountains, after parting with our friends. During three days, we passed through small colonial villages, crossed 3000-meter high passes through the green Columbian countryside, and pitched our tent in the courtyard of a school and in front of a hotel. Colombians are friendly and it’s easy to get them to talk about their country, they are often convinced that it’s the most beautiful in the world! But just like the Iranians, they are reduced to their simplistic image of coca growers and cartel-led countries, often relayed by international media.

Renault set up an assembly plant in Colombia in 1970, which is why we see Renault 9, 12, and 19s on the daily, cars we are too young to have known in France, along with countless 4Ls! Some are hard to see as overgrown skeletons on the roadside, but meticulous collectors keep others spotless. Finally, we are always surprised to come across 4Ls arranged in the tuning way with the “spoiler, rocker panels, and subwoofer.” The anachronistic, inconsistent aspect of these strange creatures that are the pride and joy of their owners make us smile without fail! The reasons why the Renault 4 is so popular in this country are the same that led us to choose it for this trip: its simplicity, cost and robustness. The bond between Colombians and this car is so strong that they nickname it el amigo fiel or the faithful friend: she’ll never let you down, and we’re not ones to contradict this!

Some amigo fiel enthusiasts came together in a 4L club, the Colombia R4 Club, whom we easily contacted through their Facebook group. We’d been talking for a while about taking a long break in Colombia to turn our car over to a qualified mechanic, since after almost 30 000 km on the roads of the world, a big repair job was necessary! It was an easy thing to do, thanks to this club and its extraordinary welcome. So the 4L spent four days with Jorge, a mechanic who had a passion for small French cars. The Indians had tinkered instinctively with the rear suspensions, but it was now high time that a professional take a look at them. Indeed, a lack of parallelism caused us to lose a tire in record time! In addition, all the sensitive parts of the engine were cleaned and revised: candles, carburettor, valves, belts, electrical connections… With a new torsion bar, two new rear tires and a new 4L motor, our car is now ready to face the impressive mountains and passes, over 4000 meters high, in the Andes!

The last day of our stay in Bogota, a Sunday, the R4 Columbia Club proposed that we participate in the Feria Antiguomotriz, a gathering of vintage cars. We accepted without hesitation, curious to see what such an event looked like in Colombia! Thus, with more than fifteen 4Ls, we drove through the heights of Bogota, taking frequent breaks on the edge of the road, convivial moments where conversation focused mainly around the various models of Renault 4, original parts from France and the state of this or that engine! Our fireball then took place in the midst of dozens of vintage cars and instantly stole the show. All afternoon we explained our trip in Spanish to playful and friendly Colombians, surrounded by our friends from the club. We are now leaving Bogota and heading south towards Ecuador! Spending a few days in Bogota living with a couchsurfer was an interesting experience. A city to be avoided at all costs a few years ago, the capital is in transition and its downtown is bursting with life. We look forward to being back on the road, moving towards new horizons. South America, here we come!

Nicolas & Matthieu

 

See the pictures from Colombia on our Flickr gallery

 
 

Franchir l’équateur

« Ce n’est pas sûr, ne vous arrêtez pas sur la route, soyez discrets, achetez des chapeaux…» Tels étaient les conseils des colombiens et des expatriés quand nous leur annoncions que nous projetions de rejoindre l’Équateur depuis Bogota. Le sud de la Colombie est classé par le ministère des Affaires étrangères comme une région « formellement déconseillée sauf raison impérative ». Le pays ne possédant qu’une seule route pour rejoindre le poste frontière avec l’Équateur et l’impossibilité géographique de nous dérouter par le Brésil, constituaient pour nous des arguments suffisants pour nous aventurer dans ces terres incertaines. Conscients des risques d’enlèvement, d’agression et de braquage nous avons pris les mesures nécessaires pendant ces trois jours de route. Nous avons caché notre liquide dans les doubles-fonds de la structure en bois à l’arrière de la voiture, à chaque checkpoints militaires nous nous informions de la qualité et de la sécurité des routes et bien entendu nous nous arrêtions avant la tombée de la nuit dans des endroits sécurisés — comme à Santa Rosa de Cabal où nous nous sommes offerts le luxe de nous baigner dans une source chaude au pied d’une cascade immense dans la jungle. Sûrs de nous tout en restant prudents, nous avons eu la chance de traverser cette zone sans la moindre inquiétude. La Colombie vit actuellement une situation particulière. Bien que le sud soit une région à éviter, le pays est en pleine transition et devient de plus en plus sécurisé depuis qu’il a été nettoyé de ses cartels et du grand banditisme. Le Lonely Planet prédit même la Colombie comme l’une des prochaines destinations en vogue! Tout Colombien connaît un proche qui s’est fait menacer une fois avec un pistolet sur la tempe. Ce type d’agression était monnaie courante il y a quelques années et reste aujourd’hui traumatisant pour les victimes, d’où les mises en garde systématiques à la vue de notre appareil photo ou de notre iPad si nous les sortions dans la rue. Ainsi, c’est rapidement que nous avons traversé le sud du pays en nous arrêtant  dans la belle ville coloniale de Popayán, avant de passer la frontière avec l’Équateur!

Sortir de Colombie et entrer en Équateur fut un jeu d’enfant. Pour une fois, nous n’avons pas eu besoin de fournir des paquets de photocopies aux autorités, de faire la queue pendant des heures pour obtenir un permis d’importation temporaire et de courir entre les différents bureaux. Bien organisée, calme, c’est avec facilité que nous avons franchi la frontière et que nous sommes entrés dans le trentième pays de l’aventure Microcrédit en 4L! Conduire dans le nord de l’Équateur est un spectacle étonnant. Nous y avons trouvé l’idée même que nous nous faisions de la forêt amazonienne: végétation luxuriante, rivières torrentielles et taux indécent d’humidité. À notre surprise, les routes équatoriennes sont d’excellente qualité et le litre d’essence est trois fois moins cher que la bouteille d’eau (0,30$ contre 1$), typique des pays producteurs de pétrole! Ainsi, nous avons couvert les 1 800 kilomètres du pays pour la modique somme de 30€, soit la moitié du prix d’un plein d’essence en France pour notre voiture! Nous avons d’abord mis le cap sur l’île de Muisne et rejoint Marie, une amie de Nicolas, en stage pour six mois dans une association qui distribue de l’eau potable. Presque aucune voiture ne circule sur l’île et cette dernière n’est accessible qu’en bateau. Le haut niveau d’insalubrité publique et le manque d’infrastructures donne à cet endroit un climat post-tsunami dont les alertes sont par ailleurs fréquentes. Les pluies diluviennes transforment les rues en marécages et la marée en se retirant, découvre un estran jonché de déchets et d’ordures dans lesquels oiseaux et cochons s’ébrouent. Les quelques 6 000 habitants vivent de la pêche et de petits commerces mais la situation économique est dramatique, la drogue chez les jeunes un vrai fléau et l’alcoolisme très important. Toutefois, les habitants de Muisne ont le sens de la fête et nous avons passé un très agréable moment sur cette île où nous nous sommes régalés de crevettes grillées, de poissons et où nous avons pu goûter l’eau de l’océan Pacifique. Muisne est loin d’être un incontournable de l’Équateur mais cette île vidée de tout trafic routier et regorgeant de restaurants et bars, en font un endroit à l’ambiance insulaire unique.

En route pour Quito, nous avons franchi l’équateur, un peu déçus de n’apercevoir aucun panneau indiquant cette ligne imaginaire mythique, mais heureux d’entrer dans l’hémisphère Sud! Lors de la saison des pluies qui s’étend du mois d’octobre à mai, la campagne est très verte et la culture des fruits et légumes intense! Le centre historique de la capitale du pays est magnifique: on s’est perdu dans ses petites ruelles pavées en tombant régulièrement sur de belles places boisées à l’architecture coloniale espagnole. Nous nous sommes agréablement promenés pendant quelques jours, l’esprit tranquille laissant le climat d’insécurité derrière nous, en Colombie. Hébergés dans une petite auberge en centre-ville, nous avons profité d’avoir internet pour faire une conférence Skype avec le conseil des collégiens de Seine-Maritime en partenariat avec Babyloan. Pendant une heure nous avons échangé avec les collégiens de plus de 30 établissements qui travaillent sur les thématiques de la microfinance et qui ont pour mission de promouvoir à leur tour le microcrédit dans leurs classes et collèges.

Ce fut également le moment de rencontrer l’institution de microfinance CEPESIU et ses micro-entrepreneurs. CEPESIU est une entité privée créée en 1983 et dédiée à la promotion de l’emploi, du développement économique local et de la microfinance en Équateur, elle possède quatre branches dans le pays dont le siège est à Quito. Si les activités de Patricio, menuisier, et Monica tenancière d’une petite épicerie ainsi que celles des autres micro-entrepreneurs étaient habituelles et le schéma de leurs prêts classique, leurs rencontres n’en furent pas moins cordiales et enjouées. Nous avons également eu l’occasion, avec l’agent de crédit, de creuser un peu plus en détails et de comprendre les difficultés que pouvaient rencontrer les institutions de microfinance (IMF). Parmi elles, résident des problèmes d’information, de délai dans l’attribution des prêts, de concurrence et de financement. Certes, les IMF sont nombreuses dans les pays en voie de développement, mais toutes ne pratiquent pas un microcrédit social, ne concentrent pas leurs efforts sur l’accompagnement, les formations et sur des taux d’intérêts faibles. Les bénéficiaires par manque d’information ne connaissent alors pas toujours les particularités et services des différentes IMF et se tournent souvent vers l’institut de crédit le plus proche de chez eux. De plus, ces derniers, à cours de liquidités sont souvent enclins à souscrire un prêt auprès d’une IMF pratiquant un taux d’intérêt élevé et aucune formation sociale, pour obtenir l’argent dans de moindres délais. À l’inverse, les IMF avec lesquelles nous travaillons doivent en premier lieu étudier les possibilités de remboursement du demandeur puis l’accompagner dans sa démarche, ce qui nécessite du temps avant l’attribution de l’argent. Par ailleurs, de plus en plus de banques se mettent elles-mêmes à faire du microcrédit avec des taux d’intérêt défiant toute concurrence. Ce qui semble à première vue être une bonne initiative, peut se révéler destructeur pour les bénéficiaires qui ne reçoivent aucun accompagnement et des sanctions financières plus lourdes en cas de défaut de remboursement. Enfin, à la différence des banques, les IMF n’ont en majorité pas de fonds propres et sont donc dépendantes des bailleurs de fonds et des donateurs comme les fondations privées ou d’entreprise, notre partenaire Babyloan ou d’autres institutions étrangères de microcrédit.

Dans le sud du pays, nous avons continué de gagner de l’altitude et passé avec la 4L un col à 4023 mètres, un record! La montée pour le volcan de Quilotoa était un peu difficile mais aura valu la peine qu’a éprouvé notre petit carburateur en manque d’air dans ces longs lacets montagneux! Tout comme notre moteur qui manquait de reprise, nous nous essoufflions rapidement à cette altitude. Toutefois, l’incroyable vue sur le cratère du volcan rempli d’une eau bleue azur nous a fait oublier tous nos maux de tête. Nous nous sommes tenus jusqu’au coucher du soleil sur le bord de la caldeira à admirer les flancs verts du volcan, le lac en son centre 400 mètres en dessous ainsi que les montagnes aux pics enneigés alentours. Nous avons ensuite abandonné les vues du volcan Quilotoa pour la belle ville historique de Cuenca, très animée en raison du début de la Semana Santa, la Semaine sainte. En plus de l’architecture, les colons espagnols ont laissé derrière eux la religion catholique, très pratiquée en Amérique latine. La Semaine sainte est donc chômée et tous les latinos américains se retrouvent dans la rue ou en famille. Cuenca est aussi connue pour ses fabriques de chapeaux de paille encerclés d’un bandeau noir, communément appelés Panama. Ces fameux couvre-chefs étaient utilisés pour se protéger du soleil par les ouvriers équatoriens sur les chantiers du canal du Panama au début du XXème siècle et en tiennent de ce fait leur nom. Nos moustaches et nos chapeaux ne furent pas suffisants pour se fondre dans la masse et Matthieu s’est fait ouvrir la poche arrière de son sac dans la foule. Instantanément il a rattrapé la jeune femme qui dans un aveu timide lui a montré ses mains comme pour s’affranchir de tout vol. Heureusement, il n’y avait rien dans cette poche, mais ce petit incident nous rappelle qu’il faut que nous redoublions de vigilance tout au long de notre route au Pérou et vers le Sud!

Nicolas & Matthieu

 

Voir les photos de la Colombie sur notre galerie Flickr

Voir les photos de l’Équateur sur notre galerie Flickr

 
 

De 0 à 4891 mètres au Pérou!

D’une jungle luxuriante avec son taux d’humidité délirant au désert aride et sans fin, nous sommes passés avec étonnement d’un extrême à l’autre en franchissant le moderne poste frontière de Huaquillas, qui sépare l’Équateur du Pérou. Dès nos premiers kilomètres, de chaleureux péruviens nous ont invités à leur table pour partager des bières selon la coutume locale : boire le plus rapidement possible, à tour de rôle et dans le même petit verre! Avec difficulté nous avons pris congé de nos amis pour reprendre prudemment la route. Cette introduction au Pérou s’avéra être à l’image du caractère de son peuple : chaleureux, joyeux, sympathique et toujours partant pour partager un verre! Mettant le cap plein sud sur la panaméricaine avec à notre droite l’océan Pacifique et à notre gauche un désert prenant la forme de dunes dignes du Sahara ou de grandes étendues minérales nous rappelant l’Iran, nous avons avalé les kilomètres. Pour rompre la monotonie de l’asphalte et vivre l’aventure, nous avons par deux fois tenté de sortir de la route et c’est à deux reprises que nous nous sommes ensablés! Sur la plage tard dans la  nuit, l’aide providentielle d’un péruvien et de sa voiture nous a sortis de ce faux pas et dans les dunes il nous aura fallu près d’une heure et demie d’efforts pour sortir la 4L du sable brûlant dans une odeur d’embrayage brûlé à l’aide de pierres judicieusement positionnées sous les roues préalablement dégonflées… Nous nous posons de sérieuses questions quant aux capacités de la voiture à franchir les dunes marocaines!

Notre découverte du Pérou a été marquée par les visites des marchés. À chaque fois que nous déambulions dans un de ces lieux extraordinaires de vie, nous nous faisions la réflexion qu’il s’agissait sans doute du plus beau que l’on ait eu l’occasion de voir! Que ce soit dans l’ouest désertique du pays ou dans les montagnes de l’est, les paysans locaux viennent toujours vendre leur production en habits traditionnels, le chapeau est de rigueur! C’est à chaque fois un véritable kaléidoscope de couleurs sur lequel nous ne savons où poser notre regard : une dame transportant un mouton sur son dos, des sacs remplis de cochon d’Inde (met prisé du Pérou), ou encore l’agitation générale qui anime ces lieux d’échanges que nous affectionnons tant. À Chiclayo dans le nord du pays, nous avons garé la voiture un matin dans la rue pour aller explorer le marché en passant outre les mises en garde des locaux. À notre retour un attroupement était formé autour de la 4L, peu inquiétant car relativement fréquent. Mais nous nous sommes rapidement aperçus que la portière conducteur était ouverte, nous fermons bien évidemment toujours la voiture dans la rue. Après quelques échanges avec les gens présents, nous avons compris qu’un homme avait forcé notre serrure, mais qu’il avait pris la fuite avant même d’avoir pu dérober quoi que ce soit. Nos nouveaux amis avaient gardé la voiture en attendant notre retour. Sous le choc nous les avons chaleureusement remerciés et nous nous sommes empressés d’atteindre la prochaine ville pour faire réparer la serrure fracturée. C’est après être passés par un garage Toyota, puis Renault, puis un serrurier qui nous a renvoyé vers un petit garage de rue que nous avons pu effectuer notre réparation le jour d’après. Avec une bonne dose de patience et de persévérance, tout est faisable dans ces pays! Conscients de notre chance, nous nous sommes promis de porter plus de poids aux conseils des locaux. Un bel avertissement à la vigilance en somme.

Lassés du désert de la côte, nous avons décidé de prendre de l’altitude dans les Andes. Pendant deux jours, notre 4L a subi les rigueurs d’une route en piteux état, des cols à 3000 mètres et du Cañòn del Pato. À cet endroit, la piste se faufile sous plus de 35 tunnels creusés à même la solide roche, serpente le long d’une rivière au fond d’un gouffre aux falaises espacées de 15 mètres et hautes de plus de 1000 mètres! Sans doute la plus belle route de notre voyage! Percevant un bruit anormal à l’arrière de la voiture, nous nous sommes arrêtés dans un petit village et en mettant la voiture sur un pont nous n’avons pu que constater une nouvelle fissure sur le bras de suspension arrière droit, juste en dessous de la soudure indienne. Le mécanicien plein de bonne volonté, les yeux à quelques dizaines de centimètres de la fissure flagrante, s’exclama en secouant la voiture « si ‘ta bien, muy fuerte! ». Nous n’étions de toute évidence pas au bon endroit pour réparer notre pièce… Nous avons donc poussé jusqu’à la prochaine ville près de la Cordillera Blanca et confié notre bolide éclopé à un soudeur qui a renforcé les parties fissurées et fragiles des suspensions à l’aide de pièces de métal. Comme tous les soudeurs, il nous a assuré que sa soudure était indestructible, nous ne demandons qu’à le croire! Ce train arrière est décidément en mauvais état, nous croisons les doigts pour qu’il nous ramène malgré tout en France où il aura le droit à une retraite bien méritée chez un ferrailleur!

Au pied de la Cordillera Blanca et de ses pics à plus de 6000 mètres nous avons passé quelques jours à flâner entre petits villages, marchés et bivouaqué au bord de lacs superbes. La Semaine sainte est l’une des fêtes les plus importantes en Amérique du Sud et les touristes péruviens ou étrangers sont nombreux comme Nadia et Chris qui nous ont très gentiment proposé de nous héberger chez eux lors de notre courte halte à Lima! Nous avons été surpris par la modernité de cette ville tentaculaire et le fait qu’elle semble relativement agréable à vivre, bien conscients toutefois d’être accueillis dans les conditions très confortables des expatriés. En route pour la vallée sacrée et le fameux Machu Picchu nous avons campé au bord de la touristique oasis de Huacachinaoù les nombreux logos du Paris-Dakar sur les voitures et les vêtements des locaux ont piqué notre curiosité. Après quelques discussions avec ceux-ci nous avons réalisé que le rallye était passé par là cette année. Plutôt dubitatifs à propos du bon sens de cette course, nous nous sommes rendus compte que cet événement crée en réalité une véritable dynamique dans les régions traversées et représente une importante possibilité de revenus pour les populations locales.

Un des points d’orgue de nombreux voyageurs en Amérique du Sud s’avère être, à raison, la découverte de la vallée sacrée et du très connu Machu Picchu. Nous y avons retrouvé Jorge, un ami mexicain rencontré sur la route au Guatemala, qui nous a gracieusement invités dans des hôtels et restaurants que nous n’aurions décemment pas pu nous offrir… C’est ainsi à trois que nous avons voyagé pendant une petite semaine. Bien que nous connaissions par cœur les photos du Machu Picchu et malgré la sensation « d’usine à touristes » qu’il représente, le site mythique nous est apparu comme merveilleux et magique. Déambuler dans ces ruines qui apparaissent et disparaissent sous les nuages au fil des heures, entourés de sommets durant une journée, est une chance incroyable. Ce site Inca a la particularité d’avoir été découvert en 1911 après le départ des conquistadors espagnols par un professeur américain qui a eu la présence d’esprit de questionner les locaux sur la localisation de ces ruines mystérieuses. Le site, probablement lieu de culte et observatoire astronomique, regorge d’ingéniosité architecturale et de preuves d’avancées scientifiques de la civilisation Inca. Il est l’une des créations humaines les plus impressionnantes que nous avons pu apprécier depuis le début de notre voyage! Nos quelques jours à Cusco dans des conditions royales nous ont permis d’apprécier à sa juste valeur cette ville superbe, organisée autour d’une Plaza des Armas — place de centre ville propre à toutes les villes et villages du Pérou — qui figure parmi les plus belles du pays.

Après cette agréable parenthèse de confort, nous avons repris notre rythme de voyage entre kilomètres sur des pistes, contrôles de police quotidiens, bivouacs en altitude et repas dans des comedors : cantines de rue très économiques. Nous sommes allés à la rencontre de micro-entrepreneurs soutenus par FONDESURCO à Chivay, dans la région d’Arequipa. FONDESURCO est une institution de microfinance travaillant essentiellement en milieu rural et les contraintes que cela implique ont compliqué l’organisation de nos visites : distance entre les villages, mauvais état des routes et peu de disponibilité des bénéficiaires. Parmi d’autres, nous avons toutefois rencontré Cornelio qui nous a présenté avec passion son activité d’agriculteur. Il cultive des pommes de terre en s’efforçant de tester de nouvelles variétés mieux adaptées au climat rigoureux de la région et considère le travail de la terre comme un art! FONDESURCO lui vient en aide financièrement  depuis longtemps pour l’achat de ses intrants et de ses semences. Notre agriculteur encourage son fils à souscrire un prêt à son tour. En effet il est persuadé que l’engagement que représente un crédit, apprend à travailler et rend responsable! Par ailleurs, FONDESURCO s’implique dans le développement par les énergies renouvelables, en proposant des facilités financières pour acquérir des chauffe-eau solaires et des fours économiques à combustible organique. Ces produits sont souvent à usage familial et s’apparentent plus à des crédits à la consommation, nous n’en soutenons donc pas. Intéressés toutefois par la problématique, nous avons rencontré un bénéficiaire d’un microcrédit qui a servi à acheter un four. Celui-ci est effectivement très économique, efficace et améliore le quotidien en permettant de varier l’alimentation. Le fait que FONDESURCO explore de multiples pistes de développement nous a plu, il est logique qu’elle ait reçu le prix de l’IMF la plus innovante du Pérou en 2013!

C’est véritablement dans ce gigantesque pays d’Amérique du Sud que nous avons découvert les dénivelés et les routes escarpées de la Cordillère des Andes. Nous ne comptons plus les cols à 3000 ou même à 4000 mètres que la voiture passe à un rythme idéal pour admirer les paysages. Nous avons atteint notre record d’altitude avec un honorable 4891 mètres au dessus du niveau de la mer! Les paysages de ce pays nous ont laissé plus d’une fois sans voix : des profonds canyons aux couleurs étonnantes aux impressionnants pics enneigés, en passant par de grands plateaux sur lesquels pâturent des centaines de lamas, nous pouvons raisonnablement dire que nous en avons pris plein les yeux. Les nombreux bivouacs dans une nature splendide furent parfois éprouvants en raison des températures étouffantes du désert ou glaciales des hauts plateaux. Ainsi le Pérou restera un moment fort du voyage, nous avons passé — par rapport à notre périple — beaucoup de temps dans ce pays qui nous a rappelé l’Inde par deux aspects: la richesse de sa nourriture et ses automobilistes fous. Nous mettons à présent le cap sur un nouveau pays, niché au cœur des Andes et qui nous fait rêver depuis longtemps: la Bolivie!

Nicolas & Matthieu

 


Voir les photos du Pérou sur notre galerie Flickr

 
 

Bolivie, pays de tous nos records ! 

Extincteur, trousse de premiers soins, croix, triangle de signalisation, roue de secours, cric, outils basiques… Rien à faire, les policiers boliviens ne trouvent rien à nous reprocher. Nos passeports fraîchement tamponnés, nous sommes sur le point de franchir le poste frontière séparant le Pérou de la Bolivie quand… STOP !

— « Messieurs, je regrette mais je ne peux pas vous laisser passer, ni faire ne serait-ce qu’un mètre en Bolivie ! Votre assurance n’est pas valable. »

Nous le savons pertinemment puisque ce garde frontière tient entre ses mains une police d’assurance que nous avons souscrit il y a plus d’un mois en Équateur et valable uniquement dans ce pays. Nous faisons mine de nous étonner et expliquons dans un espagnol délibérément très mauvais que nous en achèterons alors une nouvelle dans la prochaine ville. En réalité, c’est une arnaque classique entre deux pays, les policiers espérant ainsi arrondir leurs fins de mois. Lorsqu’un bureau d’assurance n’est pas établi directement sur la frontière, c’est qu’il est possible de la traverser sans une assurance nationale. Après quelques minutes de discussions absurdes, les policiers découragés ont ouvert la barrière menant à la Bolivie. Nous apprendrons plus tard, qu’elle n’est même pas obligatoire dans ce pays.

Nos premiers pas en Bolivie dans la ville de Copacabana ont été guidés par le son d’une musique très bruyante et c’est emportés par les décibels que nous nous sommes retrouvés dans un hangar dans lequel se tenait une fête immense. Ébahis, nous n’en croyions pas nos yeux de voir tous ces boliviens de trente à soixante-dix ans s’amuser avec autant d’entrain en habits traditionnels : robes bouffantes, costumes et chapeaux. Lorsqu’un homme nous a tendu sa caisse de 12 bières de 66 cl, nous avons réalisé que nous avions atterri dans une beuverie extraordinaire. Les femmes comme les hommes fumaient, buvaient plus que de raison et dansaient sur le rythme effréné d’un groupe de musique bolivien. En quelques heures, nous avons été invités à partager des dizaines de bières avec des boliviens et des boliviennes hilares, propositions que nous acceptions très volontiers lors des premières tournées et un peu à reculons au bout du quinzième verre ! Si tous les participants à la fête étaient manifestement saouls, certains l’étaient plus que d’autres. L’abus d’alcool a provoqué les situations les plus excessives et c’est avec stupéfaction que nous avons vu des femmes se battre, un homme vomir sur l’épaule de sa femme, d’autres ronflant avachis sur des chaises avec pour oreiller une enceinte de 500 watts, sans parler des hommes et des femmes qui urinaient en public ! La générosité et la joie de vivre de ces personnes ainsi que l’ambiance irréelle de cette soirée nous ont complètement stupéfaits.

C’est donc avec un léger mal de crâne que nous avons découvert après quelques heures de bateau, l’Isla del Sol sur le lac Titicaca, berceau de la civilisation inca. La randonnée à travers l’île offre un point de vue unique sur le lac mais l’île en elle-même était un peu touristique à notre goût et rapidement nous avons gagné La Paz. Nos passages quotidiens à la pompe à essence se sont révélés être un peu particuliers en Bolivie. En effet, l’essence est subventionnée par le gouvernement, ainsi les étrangers qu’ils soient des pays frontaliers ou d’Europe, doivent payer trois fois le prix affiché en station, soit 0,90€ le litre ! Une technique dont nous avons abusé, consistait à faire comprendre subtilement au pompiste que nous n’avions pas besoin de facture et comme par magie le prix baissait à 0,50€ ! Nous vous laissons imaginer où va la différence… La Paz, cœur économique et capitale gouvernementale de la Bolivie est une ville étonnante. Depuis son centre grouillant d’activité, nous pouvions observer les milliers de petites maisons de briques oranges, accrochées sur les flancs de l’immense canyon qui renferme la ville, avec en toile de fond des montagnes enneigées. Toutefois, le trafic et les embouteillages en font une ville à l’atmosphère irrespirable et c’est sans hésiter que nous avons trouvé refuge à l’extérieur de la ville dans un lieu de camp peuplé d’overlanders faisant la Panamericana, ou plus ! En arrivant nous avons été accueillis par un couple d’allemands en 4×4 canadien, une famille de français en camping-car chilien et un couple franco-hollandais en camion aménagé ! Nous n’avons pu nous empêcher de repenser à notre halte à Panama City et ce fut une nouvelle fois très plaisant de partager quelques jours avec ces voyageurs !

La raison pour laquelle nous nous sommes arrêtés à La Paz — qui représente finalement assez peu d’intérêt — est la proximité du Huyana Potosí, un pic à 6 088 mètres d’altitude dont la particularité est d’être facile d’accès pour les alpinistes novices que nous sommes ! L’ascension en trois jours avec un guide a commencé par une journée d’acclimatation et d’entraînement à l’usage des cordes, des piolets et des crampons au camp de base à 4 800 mètres, soit l’altitude du Mont-Blanc ! C’est ensuite au terme d’une marche de quelques heures à travers des chemins escarpés et des pierriers avec tout notre matériel, que nous avons trouvé refuge 400 mètres plus haut. Vivant depuis de nombreuses semaines sur l’altiplano, nos corps ont eu le temps de multiplier leurs globules rouges, de ce fait nous avons tous les deux bien réagi aux rigueurs de l’altitude — principale difficulté de l’ascension — et suivi notre guide avec une certaine aisance. Cependant, entreprendre une telle ascension demande de la patience et un peu de préparation. La veille de l’ascension finale nous avons donc dîné très tôt et nous nous sommes couchés à 18h pour attaquer la marche de nuit dans la neige, à 2h du matin. Casqués et encordés à notre guide, nous avons commencé à monter doucement en ne regardant que nos pieds pour ne surtout pas voir les lampes frontales des personnes au dessus de nous, qui paraissaient à des kilomètres. Pas à pas. Ne pas penser. Ne pas abandonner. Seulement avancer, une main tenant un piolet, l’autre la corde attachée à son baudrier pour ne pas la sectionner avec ses crampons. Malgré notre acclimatation, nous avons ressenti les premiers signes du mal des montagnes : essoufflement, nausées et maux de tête qui rendent l’effort plus difficile à accomplir. Après quelques passages où nous avons grimpé avec les pieds et les mains nous nous sommes retrouvés devant une crête de 80 mètres de long menant au sommet. D’une trentaine de centimètres de large seulement et bordée de précipices de plusieurs centaines de mètres, il a fallu que nous redoublions de concentration et que nous avancions très lentement, un pied devant l’autre. C’est finalement à 6h30 du matin que notre encordée a atteint le sommet à 6 088 mètres d’altitude et que nous avons assisté à un lever de soleil émouvant, du haut de notre montagne. Les centaines de cimes montagneuses crevant une mer de nuages, la lumière orangée sur la neige et l’ombre gigantesque du Huyana Potosí étaient un spectacle que nous ne sommes pas prêts d’oublier. La descente fut bien entendu beaucoup plus rapide mais pas moins éprouvante. De retour au refuge pour un peu de repos, nous nous voyons encore devant notre tasse de café fumante repenser à notre ascension nocturne. Comme dans un rêve, nous avons grimpé pendant plusieurs heures aveuglément et découvert avec éblouissement au lever du jour notre environnement, les paysages et la vue somptueuse. Pour nous récompenser de tant d’efforts, nous nous sommes régalés d’une raclette dans un restaurant suisse le soir même !

Comme si nous n’avions pas eu assez de sensations fortes, nous avons décidé juste après notre ascension d’emprunter — malgré la pluie et le brouillard — le fameux Camino de la Muerte, la Route de la Mort. Connue pour son extrême dangerosité, il existe aujourd’hui un nouveau tracé et cette route historique relève désormais un peu d’une attraction touristique, comme en témoignent les nombreux cyclistes qui la dévalent quotidiennement à toute vitesse. La vue depuis la piste est impressionnante, en revanche bien qu’elle soit coupée par d’énormes gués, ce n’est pas la plus mauvaise, ni la plus dangereuse que nous ayons eu l’occasion d’emprunter ! Notre halte suivante fut la ville de Potosí, connue pour ses mines d’argent très lucratives exploitées depuis 1535. Perchée à 4 060 mètres d’altitude cela en fait d’elle la ville la plus haute du monde ! Chaque visite des mines commence par un arrêt au marché pour acheter des « cadeaux pour les mineurs » : boissons, feuilles de coca, dynamite, cigarettes et alcool à 96% qu’ils coupent avec du coca-cola ou du jus. Cette pratique systématique d’offrir des présents aux mineurs sur leur lieu de travail est finalement sympathique puisque ces derniers sont reconnaissants et ouverts au dialogue, ainsi le touriste inquisiteur ne se sent pas si intrusif que cela. La visite de ces mines était une expérience incroyable. Les galeries sont étayées par des poutres de bois, parfois rompues. Les rails utilisés pour pousser les wagonnets remplis de minéraux sont souvent recouverts d’une boue épaisse, l’odeur de souffre, de silice et la chaleur qui y règne rendent l’atmosphère étouffante. Nous étions presque constamment courbés pour progresser dans les artères de la mine, parfois nous avancions même la tête au niveau de la taille ou les mains au sol. Bien qu’extrêmement pénible et dangereux, les mineurs semblent très fiers de leur travail qui est relativement bien payé. En effet, le salaire moyen en Bolivie est de 120€ par mois et un mineur gagne entre 10 et 15€ par jour. Pendant deux heures, nous avons littéralement évolué dans l’univers d’Étienne Lantier, héros du roman Germinal d’Émile Zola. Fourbus de notre passage dans les entrailles de la terre c’est avec soulagement que nous avons retrouvé la lumière du jour et l’air frais !

Un court passage par la très belle ville coloniale de Sucre, capitale juridique de la Bolivie, a été l’occasion de préparer notre petite expédition dans le Salar de Uyuni, le plus grand désert de sel du monde ! Nous avions prévu trois jours d’itinérance et devions en conséquence être autonomes en eau, carburant et nourriture. Méticuleusement nous avons donc fait nos achats au marché et c’est le coffre chargé de cacahuètes, olives, bières, thon, avocats, tomates, maïs, pommes, nouilles lyophilisées, gâteaux, œufs, pain, café que nous sommes entrés dans ce désert tant rêvé ! Entourés d’une étendue salée paraissant infinie, seules les montagnes au loin venaient interrompre l’horizon parfait entre ciel et terre. Les cristaux de sel prennent la forme de cellules lorsque l’eau de la saison des pluies s’évapore et cet « amas dense de cellules » rappelait curieusement les milliers d’étoiles qui scintillaient au dessus de notre tente la nuit tombée. Nos bivouacs dans cette nature immaculée étaient particulièrement frais, une nuit notre thermomètre indiquait -15°C ! C’est donc tout habillés dans nos sacs de couchage (dont la limite de confort spécifiée sur l’étiquette est de +11°C) que nous dormions, enroulés dans deux épaisses couvertures chacun et blottis sous une grande bâche que nous partagions. Se déplacer dans le Salar de Uyuni relève plus de la navigation maritime que de la circulation routière. En effet, nous ne suivions pas une route mais un cap. Munis d’une boussole, nous pouvions filer à plus de 100 km/h dans ce désert plat et blanc. En revanche, se rendre compte des distances et de la perspective est très difficile dans un tel environnement. Si une montagne paraît proche à l’œil nu, elle peut en réalité se trouver à plus de 60 kilomètres ! Sa beauté singulière, sa blancheur et son silence assourdissant nous ont beaucoup marqués et ce fut véritablement l’un des plus beaux endroits de notre voyage.

En un peu moins de trois semaines, nous avons traversé la Bolivie. Petit pays enclavé au centre du continent sud-américain, il se distingue selon nous par la formidable gentillesse de sa population. Les boliviens sont adorables, drôles et bienveillants. Toutefois, ce fut le pays le plus exigeant avec la 4L. Nous ne comptons plus les cols à plus de 4 000 mètres d’altitude que nous avons dû franchir, parfois à 20 km/h, les côtes quasi verticales dans les villes que nous n’avons pu monter sans être remorqués et les pistes défoncées qui ont meurtri encore un peu plus nos suspensions… La conduite dans ce pays a été difficile, plus d’une fois nous nous sommes fait tractés pour nous sortir d’un fossé ou du sable après une sortie de route. Depuis la ville de Tupiza, non loin de la frontière, nous nous réjouissons par avance des routes bitumées traversant les grandes plaines argentines !

Nicolas & Matthieu

 


Voir les photos de la Bolivie sur notre galerie Flickr

 
 

À fond les ballons au Brésil !

Après quelques semaines intenses en Bolivie, nous avons avec plaisir posé nos valises quelques jours dans la ville de Salta au nord de l’Argentine. Dans cette région, les grands axes routiers traversent des plaines arides avec pour seul relief des monts rocheux et des profonds canyons — impossible dans de tels paysages de ne pas faire de parallèles avec le Far West américain ! Pour échapper au froid saisissant nous nous sommes réfugiés dans une auberge de jeunesse pour trier des photos, écrire un carnet de route et envoyer des dizaines de mails afin de préparer la suite du voyage. Ravis de retrouver un réseau wifi correct nous avons notamment participé via Skype à une conférence sur le crédit à la Citibank de Mexico ! La voiture a pris aussi quelques jours de repos bien mérités et profité de cette halte pour s’offrir une vidange essentielle tous les 10 000 kilomètres ainsi qu’une rapide révision. Dans ce pays où Renault et Citroën sont bien implantés, les 4L et 2CV sont légion ! Par cet aspect mais aussi par le faciès des argentins, les infrastructures et le niveau de vie, nous avons eu l’impression de retrouver l’Europe avant l’heure.

Au terme de nombreuses recherches et de mails nous sommes parvenus à trouver et réserver un cargo sur lequel nous pourrons embarquer avec notre 4L et rejoindre le continent africain. Pouvoir traverser l’Atlantique sur un porte-conteneurs est une chance et une expérience incroyable. À peine plus cher que l’avion, nous n’avons pas pu résister ! Mais comme à chaque traversée, nous devions arriver sur place quelques jours avant le départ du bateau pour régler les formalités douanières pour la voiture. Nous avions donc une échéance trois semaines plus tard, le 14 juin, date de départ du bateau depuis le port de Rio de Janeiro pour Dakar au Sénégal, mais nous étions dans le flou quant à la date précise de notre arrivée à Rio, n’arrivant pas à obtenir l’information auprès de nos différents contacts. Misant sur des formalités rapides, nous avons tout de même décidé de faire un petit détour pour aller parcourir une portion de la fameuse Ruta 40 qui chemine en Argentine de la frontière bolivienne à la Patagonie. Entre les villes de Cafayate et Cachi, elle serpente au fond d’un canyon ocre, un spectacle magnifique pour les deux conducteurs que nous sommes ! Après ces superbes paysages, nous avons mis le cap à l’Est vers le Brésil, en empruntant de grandes routes, perdues au beau milieu de champs s’étendant à perte de vue, la fameuse pampa argentine. Lorsque le soleil commençait à décliner, nous nous mettions à la recherche d’un lieu calme pour bivouaquer et allumer de grands feux sur lesquels nous faisions griller des pièces de viande aussi savoureuses que bon marché, parfois accompagnées de vin rouge. L’Argentine n’a pas failli à sa réputation !

À l’approche de la frontière brésilienne, nos haltes se faisaient de plus en plus fréquentes dans des stations-service dotées du wifi pour préparer l’envoi de la voiture en Afrique. La traversée était bien réservée, mais il nous fallait encore trouver un agent qui nous aiderait à accomplir toutes les formalités douanières spécifiques à chaque pays, qui prennent en moyenne quelques jours. Rodés après trois envois par cargo nous avons demandé des devis et les délais à plusieurs entreprises de logistique pour un tel service. Nous étions le vendredi 30 mai, nous relancions et appelions les différents agents mais avons rapidement compris que la tâche allait être plus difficile que prévu. Les différentes conversations arrivaient à la même conclusion : le Brésil est l’un des pays les plus bureaucratiques au monde et les jours de match pendant la coupe du monde seront chômés, paralysant ainsi les ports brésiliens. Soit les agents de douane nous proposaient de réaliser le service en 60 jours pour l’incroyable somme de 3 800 $, soit ils refusaient tout simplement de nous aider… Abasourdis, nous imaginions déjà des solutions de secours comme nous dérouter pour l’Argentine ou l’Uruguay pour organiser une nouvelle traversée mais voilà, nous avons cru bon d’anticiper et avons payé nos places passagers (non remboursables) sur le cargo du 14 juin quelques semaines auparavant, nous ne pouvions donc pas nous permettre de ne pas monter sur ce bateau. Il était par ailleurs hors de question d’abandonner la voiture au Brésil après 42 000 kilomètres, presque autant de souvenirs, et enfin aussi en raison des 3 500 € de caution laissés à l’administration française, pour l’obtention du carnet de passage, le passeport de la voiture. Un seul agent nous a fait comprendre qu’il pourrait essayer d’effectuer les formalités à temps, à condition que nous arrivions le plus tôt possible dans ses bureaux, c’est à dire le lundi matin. Nous étions à ce moment à Puerto Iguazù, à plus de 1 450 kilomètres de Rio de Janeiro, à deux pas d’un site naturel mondialement connu que nous ne pouvions pas manquer ! C’est donc durant le week-end que, préoccupés par ces questions logistiques, nous avons découvert les chutes d’Iguazù situées sur la frontière Argentine-Brésil, tout d’abord du côté argentin sous une pluie battante, ce qui a au moins eu l’avantage de laisser le site pour nous seuls. Les passerelles dans la jungle au plus près des chutes, à leurs pieds ou au dessus d’elles, permettent de les toucher et d’apprécier le débit démentiel de la rivière Iguaçu. La chute de 80 mètres de l’eau entraîne des bouillonnements et un vacarme ahurissants. Le côté brésilien offre quant à lui une vue d’ensemble et permet de prendre la mesure de cette merveille naturelle impressionnante. Le dimanche midi nous démarrions la voiture, prêts à affronter la longue route qui nous attendait.

— « Tu es au courant qu’on éteint le moteur qu’à Rio là ? »

C’est donc sur des éclats de rire, fréquents dans l’habitacle de la voiture, que nous avons fait nos premiers kilomètres nous séparant de Rio de Janeiro. À notre grande surprise, les routes étaient excellentes et nous avons même gagné rapidement des autoroutes dignes de l’Europe. Les heures passaient, les kilomètres aussi et les pauses peu nombreuses se firent uniquement dans des stations-service. Pied au plancher, la 4L lancée à 120 km/h consommait plus que jamais. Il était minuit passé lorsque nous nous sommes écroulés de fatigue dans notre voiture dans une sordide station-service de la banlieue de São Paulo. Quelques heures plus tard, nous nous sommes réveillés avant le soleil pour reprendre la route et franchir la ligne d’arrivée de notre folle course dans la matinée. Nous n’en revenons toujours pas des performances de notre bolide, elle a parcouru les 1 450 kilomètres en 18 heures à une allure qui faisait pâlir plus d’un camionneur ! Fatigués, nous sommes arrivés dans cette ville sans bien nous rendre compte qu’elle marquait la fin de notre route en Amérique du Sud, conscients que le plus dur restait à faire. Après avoir tourné quelques heures dans un labyrinthe de bretelles d’autoroutes nous avons foncé chez le seul agent qui a accepté de nous aider. Caio, un jeune américano-brésilien nous a chaleureusement accueillis et a pris les choses en main. Impressionné par notre aventure, il nous a promis de faire son maximum pour régler l’ensemble des formalités douanières avant le départ du bateau. Alors qu’il travaillait sur notre dossier, nous devions rester disponibles. Hébergés dans des conditions idéales par un de nos anciens chefs scout expatrié à Rio, nous sommes restés plusieurs jours à l’appartement pour répondre dans la minute aux mails nous demandant des informations diverses sur la voiture. Attendre dans l’incertitude sans pouvoir agir et se rendre utile ne faisait qu’accentuer notre impatience. Le Brésil s’avère effectivement être un pays extrêmement bureaucratique l’ensemble de nos documents ont dû être certifiés par un huissier, nous avons dû, entre autre, photocopier nos passeports en intégralité, même les pages vides et donner le nom complet des parents de Matthieu, propriétaire de la voiture… Finalement le processus s’est — par miracle — déroulé sans encombre et nous avons déposé avec soulagement la voiture au port une semaine plus tard. Nous avons compris que nous avons par chance trouvé le bon agent lorsqu’il nous a avoué à demi-mot avoir des « amis » aux douanes, à comprendre qu’il a distribué des billets aux bonnes personnes. Nous avons fermé les yeux sur ce mode de fonctionnement peu avouable tant nous étions heureux d’avoir réussi !

C’est donc avec l’esprit léger que nous avons pu enfin profiter de la superbe ville de Rio de Janeiro. Elle est pour nous mythique après 42 000 kilomètres sur les routes du monde, soit la circonférence de notre planète. Les différentes hauteurs qui entourent la ville dont le fameux Corcovado sur laquelle repose le Christ Rédempteur offrent des points de vue à couper le souffle. La ville sort de la jungle pour s’arrêter sur des plages de sable blanc superbes. En quelques minutes on peut s’échapper du tumulte propre aux métropoles, pour se retrouver en pleine jungle peuplée de singes, bien loin des tristes pigeons parisiens du Jardin du Luxembourg ! Dans le centre administratif et financier de la ville, des bâtiments coloniaux se mêlent à une architecture type années 70 en piteux état donnant une impression de déclin, mais l’ambiance bouillonnante qui y règne nous rappelle que l’activité bat son plein ! Les bains dans l’océan sont un luxe dont nous ne nous lassons pas, mais l’activité la plus divertissante à la plage consiste en fait à observer le défilé des gens et des autres baigneurs. Les joueurs de beach-volley se mêlent aux vendeurs ambulants de caïpirinhas (cocktail local), qui eux-même slaloment entre les Cariocas, habitants de Rio, qui s’efforcent de parfaire leur bronzage et qui sont surtout là pour être vus. La culture du corps est une obsession sur les plages d’Ipanema et de Copacabana, le sport est omniprésent : jogging, surf, tennis de plage, musculation, vélo… Les Cariocas ne perdent pas une occasion de se mettre torse nu pour rouler des mécaniques. Malgré tout, les inégalités sociales sont poussées à leur paroxysme. Dans les favelas qui dominent les beaux quartiers survit une population extrêmement pauvre, le niveau de vie dans ces endroits équivaut à celui du Ghana alors qu’il atteint celui de l’Allemagne ou de la Suisse dans les beaux quartiers voisins. Les problèmes de drogue sont en grande partie responsables des graves problèmes de sécurité dont a longtemps souffert la ville. La situation semble néanmoins s’améliorer avec des interventions sociales et militaires de l’état dans ces banlieues, en prévention du mondial et des jeux olympiques d’été de 2016.

Lorsque nous nous sommes plongés dans les cartes il y a presque deux ans nous étions bien loin d’imaginer que nous allions nous retrouver plongés au cœur de la folie de la Coupe du Monde de football ! Mais expliquer aux Cariocas que nous n’avons pas choisi de venir à Rio pendant cet événement et pousser la conversation jusqu’au fait que nous ne sommes pas des grands fans de foot s’avérait être compliqué… Alors que nous commencions à être à l’aise en espagnol, le portugais des brésiliens nous a laissé sans voix. Nous raccourcissions donc au fait que oui, nous sommes venus de France en voiture pour le mondial ! À quelques jours du début des festivités, l’ambiance n’était pas au rendez-vous, les rues décorées aux couleurs nationales lors des précédentes éditions restaient bien grises, reflet du moral de nombreux brésiliens, dubitatifs face au coûts exorbitants de cette fête planétaire dans un pays où 16% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. Les promesses et travaux pharaoniques qui auraient pu permettre un développement du pays comme la mise en place d’un réseau de transport urbain moderne dans de nombreuses villes, n’a parfois même pas dépassé le stade du papier à cause notamment de la corruption et d’un manque d’organisation du pays. Les brésiliens nous ont prédits de grands changements lors des prochaines élections ! Malgré tout, lorsque le Brésil marquait les trois buts face à la Croatie lors du match d’ouverture, l’ambiance était électrique sur la plage de Copacabana où le match était diffusé sur un écran géant. Mêlés à près de 40 000 supporters, nous avions l’impression que les caméras du monde entier étaient braquées sur nous, bien conscients que c’était plus pour le foot que pour le microcrédit… La seule ombre au tableau de cette gigantesque fête fut sans doute les groupes d’enfants des favelas, parfois très jeunes, qui erraient entre les spectateurs à la recherche d’objets à subtiliser.

Après de folles aventures et des découvertes passionnantes, nous avons conclu en beauté notre périple sur le continent américain en assistant à l’extraordinaire copa à Rio de Janeiro, ville que nous avons pour l’instant la plus appréciée. Le cargo ayant eu quelques jours de retard, nous levons l’ancre demain à bord du Grande Brasile et nous poserons le pied dans une dizaine de jours sur un nouveau continent ! Saudade América do Sul !

Nicolas & Matthieu

 

Voir les photos de l’Argentine sur notre galerie Flickr

Voir les photos du Brésil sur notre galerie Flickr