Au Vietnam, Microcrédit en moto !

À Phnom Penh, capitale du Cambodge, l’institution de microfinance (IMF) Chamroeun créée par Entrepreneurs du Monde en 2006 et également soutenue par Babyloan nous a accueillis et nous a fait découvrir ses actions de microcrédit. Elle compte aujourd’hui plus de 300 employés, 40 branches ayant un rayon d’activité de 10 kilomètres chacune dans les différentes provinces du pays et plus de 50000 bénéficiaires — cela en fait la 9ème IMF du Cambodge en terme de nombre de micro-entrepreneurs. Sokchea, employé de Chamroeun, nous a guidé pendant deux jours à travers la campagne autour de la ville pour nous faire rencontrer des micro-entrepreneurs soutenus et assister à des formations. Cette IMF s’est spécialisée dans les prêts à faibles montants pour les plus pauvres et met un point d’orgue au suivi personnalisé et social de chacun de ses partenaires. Cela nous a beaucoup plu! À cet égard, le parcours de Reang nous a particulièrement marqué. C’est une couturière de 58 ans qui travaille plus de 10 heures par jour sur un métier à tisser ancestral pour confectionner de grandes pièces de tissu qu’elle revend au marché. Elle a souscrit un prêt de $170 sur 10 mois à Chamroeun pour acheter du fil et du matériel pour entretenir sa machine. Tout comme sa fille, elle est divorcée et doit subvenir aux besoins de toute sa famille en travaillant dur pour permettre à ses deux petits-enfants d’aller à l’école. Nous avons été impressionné par la détermination, le courage et la joie de vivre de cette dame!

Notre trop court séjour au Cambodge s’est achevé par cette rencontre et nous avons ensuite gagné le Vietnam, en prenant tout d’abord un bus pour Hô-Chi-Minh-Ville puis un avion pour Hanoï, la capitale. Pendant une journée entière nous avons déambulé dans une ville bouillonnante parsemée de parcs et de lacs. Aux abords de ceux-ci, les Hanoïens flânent, méditent ou font de l’exercice. L’ambiance y est apaisante et contraste avec l’activité qui règne partout ailleurs dans cette ville de plus de 6 millions d’habitants. La Chine est toute proche et nous le ressentons, les vietnamiens ont un fasciés plus bridé que leur voisins d’Asie du Sud-Est et nous nous régalons de soupes de nouilles et de nems! Nous nous sommes déplacés en taxi-moto — moyen de transport plébiscité par la plupart des Vietnamiens — à chaque feu, c’est une nuée de deux-roues qui envahie les carrefours. Communiquer était généralement assez difficile, puisque le vietnamien est radicalement différent de l’anglais, la prononciation et les sons sont opposés, ce qui est parfois un casse-tête pour se faire comprendre! Pour ne rien arranger, les mots ont plusieurs significations différentes en fonction de l’intonation, ainsi lorsque nous essayions tant bien que mal de commander un phở au restaurant — une soupe de nouilles de riz, d’herbes et de viande — le serveur pouvait comprendre que nous commandions un poireau, une paire de ciseaux ou que nous faisions appel à une prostituée! Nous avons été surpris par le froid au nord du Vietnam à cette saison, nous pensions encore naïvement pouvoir être en short à longueur de journée mais avons dû ressortir nos pantalons et polaires! De la même façon qu’à Phnom Penh, nous sommes passés à Hanoï pour rencontrer notre partenaire l’Agence Française de Développement (AFD) et présenter notre projet au personnel devant une poignée de journalistes. Cette rencontre a été l’occasion d’échanger à propos de la microfinance et a confirmé ce que nous pensions, les acteurs français du microcrédit à l’étranger forment un petit monde! Ils sont liés par des partenariats diverses sur des projets variés dans différents pays. La plupart de ces acteurs sont des partenaires de notre projet: l’AFD, Entrepreneurs du Monde, Babyloan, la Fondation Grameen Microfinance du Crédit Agricole… Bien entendu, ce ne sont pas les seuls à agir dans ce domaine, mais ce sont des grands noms que l’on retrouve souvent.

A l’autre bout du monde, nous sommes assez loin de l’ambiance de Noël, les quelques sapins décorés devant les grands hôtels et un coup d’œil au calendrier nous rappellent qu’à cette période de l’année la France vit au rythme des cadeaux et des repas familiaux! Maintenant que nous sommes loin de chez nous, nous réalisons à quel point cette fête nous est précieuse. Pour nous consoler, nous avons donc décidé de couvrir à moto les 500 kilomètres qui séparent Hanoï de Dien Bien Phu afin de rendre visite à de nouveaux micro-entrepreneurs. Sans doute, n’avons nous pu nous empêcher de reprendre la route… C’est donc avec satisfaction que nous avons retrouvé ce sentiment de liberté que nous apprécions tant! Les rencontres dans des petits villages qui n’ont pas l’habitude de voir passer des touristes sont toujours uniques en leurs genres. Ces quelques jours de moto à travers les montagnes du nord du Vietnam furent un grand moment de plaisir, ce moyen de transport est excitant, efficace et très agréable. Les paysages de montagnes découpées en terrasses dans lesquelles les paysans travaillent la terre avec leur buffle sont splendides. La seule ombre au tableau fut le froid. Dès que le soleil disparaissant derrière un épais brouillard, nous avons souffert de notre équipement très peu adapté à des températures proches de zéro, la vitesse n’arrangeant rien. Nos pauses consistaient dans ce cas à tenter de nous réchauffer auprès de feux allumés sur le bord de la route par des femmes qui ramassaient du bois. Nos échanges se réduisaient à de simples sourires mais ce furent des moments forts que nous ne sommes pas prêts d’oublier.

A Dien Bien Phu, ville que nous connaissons tous à travers nos livres d’histoire, nous avons passé deux jours avec l’IMF Anh Chi Em. Gaël, un employé d’Entrepreneurs du Monde, nous a fait découvrir les activités quotidiennes de ce nouveau programme. Anh Chi Em emploie 25 salariés et bénéficie à 4000 partenaires. L’IMF attribue des prêts pour des activités essentiellement agricoles et accorde une importance particulière aux formations sociales, de gestion des affaires et de techniques agricoles. Nous avons d’ailleurs assisté à une campagne de vaccination de poussins chez un bénéficiaire. Mais cette IMF n’est pas encore viable et Entrepreneurs du Monde couvre à hauteur de 20% ses frais de fonctionnement. Toutefois cette proportion a très fortement diminué ces deux dernières années, Anh Chi Em est sur la bonne voie! Nos discussions avec Gaël ont mis en lumière les difficultés que peuvent rencontrer les IMF dans certains pays. Le problème majeur auquel se heurte Anh Chi Em sont les autorités vietnamiennes. Située dans une zone frontalière sensible, elles ne voient pas d’un bon œil l’implantation d’une institution financière étrangère. Gaël, seul expatrié occidental à Dien Bien Phu, est sous surveillance et ses déplacements dans certains villages sont interdits. Les procédures administratives longues et complexes sont un frein au développement de l’IMF. Par ailleurs, les ressources humaines doivent être minutieusement suivies, en effet comme tous les échanges d’argent se font en liquide sur le terrain et que les intermédiaires sont nombreux, les fraudes sont faciles. La confiance en les employés doit être totale, le processus de recrutement est donc essentiel et les sanctions en cas de fraude se doivent d’être lourdes. Enfin la prise en compte des facteurs locaux est capitale. On citera par exemple la gestion des ethnies qui cohabitent plus ou moins bien, les distances géographiques, l’état des routes entre les villages, les situations sociales (drogue, place des femmes, analphabétisme) et surtout la mentalité et le mode de fonctionnement des populations locales. Cette rencontre avec une IMF qui doit faire face à des difficultés de cette nature et qui travaille pour se développer et devenir viable fut très intéressante!

Nous avons maintenant achevé notre périple en Asie du Sud-Est. Il fut riche et intense en découvertes tant sur le plan culturel que sur l’aspect microfinance de notre projet. Nous sommes désormais à un tournant de notre aventure. C’est avec joie que nous allons passer un moment à San Francisco avec une partie de nos familles, découvrir la Californie et reprendre haleine après ces quatre mois extraordinaires à travers l’Europe et l’Asie en 4L, avion, train, bus et moto! Nous prévoyons de récupérer la voiture fin janvier et de reprendre la route dès que nous le pourrons plein sud à travers l’Amérique centrale et l’Amérique du Sud. Nous vous souhaitons à toutes et à tous une excellente année, elle sera pour nous pleine de nouvelles aventures!

Nicolas & Matthieu

 



Voir les photos du Cambodge sur notre galerie Flickr

Voir les photos du Vietnam sur notre galerie Flickr